понедельник, 16 сентября 2019 года   

Viatcheslav Ivanov à Jérusalem à la veille de la fête de l’Indépendance

La Ville sainte est toujours surprenante : le mélange des époques (je ne parle pas des monuments, mais des comportements, des modes de vie, des pratiques religieuses), reste stupéfiant à chaque visite. Mais cette année, c’est le Jour de la Victoire, pas celle que l’on fête en Europe, mais la commémoration des 23.741 soldats tombés, et des 3.150 victimes civiles du terrorisme depuis 1860. (Chiffres que je lis dans le Jerusalem Post)

Victoire n’est pas le mot, il s’agit du Jour du Souvenir des soldats morts au combat, et demain ce sera la fête de l’Indépendance d’Israël (71 e anniversaire). Depuis mardi soir presque tout est fermé pour les deux jours de fête, en revanche, musées, parcs, lieux publics offrent des visites gratuites, des chants, des danses, des bals. Car la commémoration débouche sur l’hymne à la vie, qui doit continuer de plus belle, si j’ose dire.

L’université hébraïque du Mont Scopius qui nous hébergeait pour cette conférence s’est vidée, plus de cours. La nouvelle trêve avec le Hamas et le djihad islamique semble tenir bon.

La torche du souvenir a été allumée par un représentant de la communauté druze, ces ismaéliens hétérodoxes que l’on trouve en Galilée et sur le plateau du Golan. Ils sont dans les 160.000 et ils protestent contre la Loi de la Nation-État, votée en juillet 2018 , faisant d’Israël à la fois la patrie historique du peuple juif et une démocratie. C’est un Druze, médecin militaire dans l’armée israélienne, le Dr Zarka, qui a allumé la torche. La Loi doit encore être examinée par la Cour suprême. Israël a tant d’aspects contradictoires qu’il est toujours hasardeux de généraliser.

Au colloque nous avons parlé de Viatcheslav Ivanov et le « problème juif », un problème mainte fois abordé par son maître le philosophe Vladimir Soloviev. Lequel soutenait que les petites nations ont droit à plus de nationalisme que les grandes. Une belle réflexion, mais difficile à appliquer ici.

Ivanov avait écrit dans « A propos de l’idéologie du problème juif » que les Juifs étaient les examinateurs providentiels des chrétiens. Les choses ont infiniment changé. Sous Mussolini, Ivanov, dans sa maison moyenâgeuse qui dominait la Via sacra et le Forum, vivait retiré et semblait indifférent au sort des Juifs sous le Duce. Il en fut question au colloque. Les thèmes juifs ne manquent pas dans sa poésie, il a traduit le poète hébreu Bialik ; son amitié avec la famille Chor est aujourd’hui attestée de mieux en mieux, en particulier par la correspondance Viatcheslav Ivanov – Evseï Chor, publiée par les organisateurs de la conférence de Jérusalem : Nina et Dimitri Segal. La dernière compagne du poète avait été pendant de longues années, à Rome, la cousine de Evsei, Olga Chor, qui publia les Œuvres complètes du poète à Bruxelles sous le pseudonyme d’Olga Descharte.

Une des surprises du colloque fut l’exposé sur la vigoureuse (et infructueuse) défense qu’Ivanov - qui était toujours en Russie soviétique - entreprit en 1921, aux côtés de Lounatcharski, en faveur du théâtre juif soviétique Habima, qui voulait jouer en hébreu la célèbre pièce Le Dibbouk de Anski, écrite en yiddish. Ce qui fut finalement interdit, mais la troupe Habima joua la pièce quelques années à travers toute l’Europe et finit par s’installer en 1928 à Tel Aviv. Les masques et le style expressionnistes de ces représentations inspirées, comme toute la pièce, par les contes juifs hassidim, nous furent évoquées par des films anciens aux archives théâtrales de l’Université et ce fut un moment étonnant. Viatcheslav Ivanov, lui, voyait dans ce retour à un théâtre en langue sacrée un retour au théâtre antique, tel qu’on le pratiquait à Athènes : pas du théâtre, un acte religieux, même s’il comportait fantaisie et bouffonnerie (comme Aristophane)…

КУРСЫ ВАЛЮТ
CHF-USD 1.01
CHF-EUR 0.91
CHF-RUB 65.19
СОБЫТИЯ НАШЕЙ ГАЗЕТЫ
ПОПУЛЯРНОЕ ЗА НЕДЕЛЮ

Шпионы среди нас

Бывший офицер КГБ Сергей Жирнов рассказал в интервью телеканалу RTS о десятках российских шпионов в Швейцарии.

Швейцария будет строже относиться к мигрантам

Сэкономить 30 млн франков и быстрее высылать из страны просителей убежища, заявки которых были отклонены, – такую цель поставила глава министерства юстиции и полиции (DFJP) Карин Келлер-Суттер.

Последний оплот банковской тайны на грани исчезновения

Швейцарской банковской тайны уже нет на международном уровне, но она еще существует в самой стране. С этим хочет покончить кантон Берн.
СЕЙЧАС ЧИТАЮТ

Экспаты разлюбили Швейцарию

Конфедерация оказалась на 38-м месте из 64 в рейтинге наиболее привлекательных стран для экспатов по версии InterNations. А Россия вошла в десятку наихудших стран для экспатов.

Психолог тоже врач

Фото - Наша газета В Швейцарии принят закон, согласно которому психологическая помощь будет также включена в базовую медицинскую страховку. Это должно помочь решить проблему растущего числа людей, страдающих от психологических расстройств и заболеваний.

Пестициды в питьевой воде

Анализ 300 проб питьевой воды показал, что примерно 170 000 человек в Швейцарии пьют воду, загрязненную пестицидами.
© 2019 Наша Газета - NashaGazeta.ch
Все материалы, размещенные на веб-сайте www.nashagazeta.ch, охраняются в соответствии с законодательством Швейцарии об авторском праве и международными соглашениями. Полное или частичное использование материалов возможно только с разрешения редакции. В случае полного или частичного воспроизведения материалов сайта Nashagazeta.ch, ОБЯЗАТЕЛЬНА АКТИВНАЯ ГИПЕРССЫЛКА на конкретный заимствованный текст. Фотоизображения, размещенные редакцией Nashagazeta.ch, являются ее исключительной собственностью. Полное или частичное воспроизведение фотоизображений без разрешения редакции запрещено. Редакция не несет ответственности за мнения, высказанные читателями в комментариях и блогерами на их личных страницах. Мнение авторов может не совпадать с мнением редакции.
Scroll to Top
Scroll to Top