«Khodorkovski», grandeur et déchéance d’un oligarque russe

Le réalisateur allemand Cyril Tuschi se penche sur le destin hors du commun d’un des hommes les plus riches du monde, tombé pour avoir défié le pouvoir et surestimé le sien. Portrait contrasté dans un documentaire passionnant.

Emoi au Festival de Berlin en février dernier. La version finale du documentaire  de Cyril Tuschi sur l’ex-patron du géant pétrolier Ioukos Mikhaïl Khodorkovski, emprisonné en 2003, a disparu! La chose apparaît d’autant plus mystérieuse et suspecte que quelques semaines auparavant le disque dur d’un ordinateur avait déjà été volé dans une chambre d’hôtel.

Finalement,  il ne s’agissait que de cambriolages ordinaires, si l’on en croit le réalisateur allemand d’origine russe. «Ce sont juste de petits voyous qui voulaient se faire de l’argent», déclarait-il en octobre dernier, de passage à Genève pour le  Forum Médias Nord Sud. Ajoutant  qu’il avait eu une réaction un peu paranoïaque à l’époque.

Logique, dans la mesure où il a été suivi au cours du tournage en Sibérie et probablement mis sur écoute. «J’enlevais constamment la batterie de mon portable pour éviter d’être enregistré. Mais à une exception près, nous n’avons jamais été harcelés ou menacés ».

Du thriller au documentaire

Il faut dire que Cyril Tuschi s’attaquait à un sujet des plus sensibles. Il en a eu l’idée lors d’un festival en Sibérie financé par Ioukos et où il a entendu parler du richissime et puissant Khodorkovski pour la première fois.  Il imaginait alors un thriller qui mettrait en scène le célèbre oligarque et le président Poutine dans une lute de titans à l’égo surdimensionné.

Mais par la suite, se rendant  compte que la réalité dépassait de loin la fiction, il a opté pour le documentaire. Certains trouvaient bizarre son intérêt pour «un criminel qui s’était enrichi à l’instar d’autres businessmen dans les années 90», d’autres craignaient qu’il se fasse assassiner comme Anna Politkovskaïa ou Alexandre Litvinenko.

Mais voilà qui n’a pas découragé Cyril Tuschi de se pencher, pendant près de cinq ans, sur le destin hors du commun de cet homme aujourd’hui âgé de 48 ans, qui a connu une ascension fulgurante avant de tomber encore plus  brutalement en disgrâce. Pour avoir financé l’opposition et défié publiquement  Vladimir Poutine lors d’une réunion télévisée au Kremlin. Devenant ainsi, selon le cinéaste, sa bête noire.

Arrêté dans un avion à Novossibirsk le 23 octobre 2003, Khodorkovski, bien que clamant son innocence,  est inculpé deux ans plus tard pour évasion fiscale, fraude, malversations et  condamné à huit ans de prison. En 2010, il en prend cinq de plus lors d’un second procès. Il devrait être relaxé en 2016.


Mais rien n’est moins sûr tant que Poutine est au pouvoir.  Lorsque que Khodorkovski  sera  libéré, c’est que l’époque aura changé, dit-on. Pour l’instant, la seule chose qui a changé depuis son transfert dans un camp de Carélie, c’est qu’il peut parler au téléphone une fois par semaine avec son fils, émigré aux Etats-Unis.

Voleur de la Russie ou victime du système Poutine?

Dans ce bras de fer aux allures de drame shakespearien opposant l’oligarque et les autorités russes, Cyril Tuschi se penche plus particulièrement sur le comportement de Khodorkovski, dont il dresse un portrait contrasté. On découvre un homme  à la fois charismatique, énigmatique, mégalomane, arrogant  et avide de manifester un pouvoir dont il a surestimé l’influence.

Voleur de la Russie selon la version officielle et ainsi que l’affirme une bande de jeunes gens au début du film, ou victime d’un règlement de comptes ? Dans son documentaire foisonnant, Cyril Tuschi, le trouvant animé du sens de l’honneur, a plutôt tendance à le disculper. Arguant notamment du fait que le prisonnier le plus célèbre de Russie, hier vilipendé, voit aujourd’hui des écrivains, des artistes et d’anciens dissidents prendre son parti.

Mais comment ce membre exemplaire des jeunesses communistes est-il devenu le plus grand capitaliste russe? se demande évidemment Tuschi.  A-t-il tenté de vendre Ioukos aux Américains? Affichant des ambitions politiques, avait-il l’intention de se présenter contre Poutine à l’élection  présidentielle? L’affaire Khodorkovski, qu’on a comparée à l’affaire Dreyfus est-elle -entachée d’antisémitisme? Et surtout, motif principal de l’opus, pourquoi diable un type aussi rationnel et intelligent est-il revenu en Russie, alors qu’il pouvait rester à l’étranger?

Autant de questions qui ont poussé le cinéaste à tenter de trouver des réponses, de Sibérie à Moscou en passant par New York, Londres, Berlin et Israël  auprès de la famille, des proches de l’intéressé, de journalistes, de camarades de jeunesse, d’anciens associés, ministres ou généraux du KGB. Ou de Khodorkovski en personne.

Des séquences d’animation

Au départ, n’imaginant pas pouvoir  rencontrer son «protagoniste -fantôme»,  l’auteur  a cherché un moyen de le représenter en le mettant en scène dans diverses séquences d’animation. Il les a gardées, bien qu’il ait miraculeusement réussi à l’interviewer quelques minutes dans la salle d’audience où il attendait, dans une cage vitrée, le début de son second procès.

A l’image du réalisateur, on ne peut s’empêcher d’être frappé, voire impressionné par son côté zen, par le calme et la force qui semble émaner de ce personnage aux petites lunettes, au visage lisse, impénétrable.  «Il y a une véritable aura autour de lui. C’est d’ailleurs ce que disent la plupart des gens qu’il a rencontrés ou qui ont travaillé avec lui. » Il est toutefois à noter que si Cyril Tuschi a recueilli quelques propos en Russie, aucun membre de l’administration ou homme d’affaires installé dans le pays et proche de l’Etat n’a voulu lui parler. En revanche, le film a été très apprécié par la presse russe. Et après avoir essuyé plusieurs refus, Cyril Tuschi a trouvé un distributeur décidé à le projeter dans une cinquantaine de salles à Moscou et Saint-Petersburg. Avant-première prévue  le 2 décembre.
 
Bio express et dates clés

1963 : naissance de Mikhaïl Khodorkovski le 26 juin, de parents ingénieurs chimistes
1986 : trésorier des jeunesses communistes. Gagne alors 100 roubles
par mois

1989 : fonde MENATEP, la première banque privée russe.

1995 : rachète 78% des actions de Ioukos à l’Etat pour 350 millions de
dollars

2002 : devient l’un des hommes les plus riches du monde avec une fortune estimée à 18 milliards de dollars

2003 : arrêté le 23 octobre dans un avion à Novossibirsk.

2005 : condamné à huit ans de prison. Ioukos est liquidée, absorbée par Rosneft et dirigée par un proche du Kremlin

2008 : demande de libération anticipée refusée 2010 : condamné à six ans supplémentaires le 30 décembre pour avoir détourné 400 millions de tonnes  de pétrole et blanchi 23,5 milliards de dollars. Peine réduite d’un an en en 2011.

Film à l'affiche en France le 9 novembre et dans les salles de Suisse
romande le 16 novembre

КУРСЫ ВАЛЮТ
CHF-USD 1.1
CHF-EUR 0.93
CHF-RUB 85.55

Ассоциация

Association

ПОПУЛЯРНОЕ ЗА НЕДЕЛЮ

Защитные маски не защищают?

Эксперты независимой швейцарской организации Testex протестировали 16 типов масок, которые продаются в Конфедерации. Выяснилось, что большая часть моделей не соответствуют действующим в стране нормам.

Всего просмотров: 2,640

Covid-19: 2823 новых случая за сутки

По данным федерального управления здравоохранения (OFSP/BAG), в среду в Швейцарии зарегистрированы восемь новых летальных исходов и 57 госпитализаций. Доля положительных тестов составила 13,63%.

Всего просмотров: 2,292

Covid-19: новые ограничения в Швейцарии

На состоявшемся в воскресенье внеочередном заседании Федеральный совет принял ряд мер по противодействию резкому росту заболеваемости новым коронавирусом по всей стране. Новые правила вступают в силу 19 октября.

Всего просмотров: 2,284
СЕЙЧАС ЧИТАЮТ

Правила стиля для Zoom

Что надеть, откуда выйти в сеть, куда направить свет – на что стоит обратить внимание, чтобы хорошо выглядеть во время встреч по видеосвязи?

Всего просмотров: 1,389

Достаточно ли лояльны швейцарцы с двойным гражданством?

Во избежание «конфликтов интересов» депутат от Народной партии Швейцарии требует запретить обладателям двух паспортов занимать место в правительстве страны.

Всего просмотров: 827

Перспективы будущих швейцарских пенсионеров

Насколько надежна пенсионная система Конфедерации? С какого возраста следует думать о том, как обеспечить себе спокойную старость? В каком положении могут оказаться самозанятые граждане? Ответы на эти и другие вопросы – в нашей статье.

Всего просмотров: 568
© 2020 Наша Газета - NashaGazeta.ch
Все материалы, размещенные на веб-сайте www.nashagazeta.ch, охраняются в соответствии с законодательством Швейцарии об авторском праве и международными соглашениями. Полное или частичное использование материалов возможно только с разрешения редакции. В случае полного или частичного воспроизведения материалов сайта Nashagazeta.ch, ОБЯЗАТЕЛЬНА АКТИВНАЯ ГИПЕРССЫЛКА на конкретный заимствованный текст. Фотоизображения, размещенные редакцией Nashagazeta.ch, являются ее исключительной собственностью. Полное или частичное воспроизведение фотоизображений без разрешения редакции запрещено. Редакция не несет ответственности за мнения, высказанные читателями в комментариях и блогерами на их личных страницах. Мнение авторов может не совпадать с мнением редакции.
Scroll to Top
Scroll to Top