Mandelstam complet, un manuel d’appropriation du monde

S’il est un poète mythique dans la poésie russe et son martyrologe, c’est Ossip Mandelstam. L’homme et le poète ne font qu’un, non qu’il y eût en lui le moindre vestige de romantisme, de culte du poète. Après tous les Sturm und Drang, écrit-il, la poésie rentre dans son lit naturel. Le lit naturel de la poésie, de sa poésie c’est la saisie du monde dans un elliptisme extraordinaire, le discernement sans faute de tout mensonge dans les apprêts de la culture comme dans la férocité l’histoire. Ses écrits, prose comme poésie, ont une unité presque cristallographique, forment un polyèdre mystérieux, mal déchiffrable et évident.

Son siècle, qu’il nomma  « siècle chien-loup » le détruisit physiquement, et sa mort anonyme dans un camp de transit du Goulag près de Vladivostok l’inscrivit dans le grand martyrologe des victimes de Staline. Il est vrai qu’il avait signé son arrêt de mort en lisant à quelques amis le célèbre huitain « Nous vivons sans sentir sous nos pieds le pays / A dix pas ne sont plus audibles nos paroles », où le Montagnard Staline aux doigts épais, entouré d’une « racaille de chefs au cou frêle », prend délectation à toute mise à mort. Mandelstam, le chantre des structures-force du monde, le plus grec des poètes russes, qui célébrait aussi bien la cage thoracique de Notre-Dame que le patinage de Charlie Chaplin acheva son bref parcours comme l’Ugolin de Dante, dans la « cornue de la prison » où les hommes sont réduits au délire sans fin. Ses lèvres, que décrit Nadejda, la compagne qui l’accompagna toute sa vie et attendit avec lui le verdict final, murmuraient sans fin, écoutant une musique. Mozart ou Bach : les noms des musiciens qui ont créé un second cosmos viennent à l’esprit en achevant ces deux tomes en français du poète-prosateur.

Car il tient en deux tomes ; et il contient tout.  Certes les traductions ne manquaient pas, celles de Michel Aucouturier, ou de Louis Martinez, plus virtuoses peut-être, mais fragmentaires. Or voici un Mandelstam complet, gageure s’il en est. Nous la devons à Jean-Claude Schneider. Quant aux éditions Le Bruit du temps / La Dogana, elles avaient par leur nom même depuis leur naissance pris Mandelstam pour étendard, et publié en 1912 le Mandelstam de Rolph Dutli. (Ralph Dutli. Mandelstam, Mon temps, mon fauve, traduit de l’allemand par Marion Graf. La Dogana, 2012.  Dutli a lui aussi, avant Schneider, traduit tout Mandelstam.)  Nous ne saurions juger de ses traductions, mais le commerce avec le poète martyr lui a dicté ce livre, une excellente  introduction au poète et à l’homme Mandelstam.. Il faut évidemment pour une telle gageure des années de passion et d’envoûtement, de patience aussi. Toute la poésie, toute la prose, un appareil critique minimal, mais précis, qui veille à ne pas étouffer le poète. Car Mandelstam est un œdipe qui a fait naître une glose gigantesque.

Traduire l’obscur est une gageure particulière car il faut choisir les côtés du polyèdre noir que l’on va éclairer. Schneider a choisi la compacité. Et cela est sans doute la meilleure des méthodes. Car la poésie est toujours plus rapide que la prose, et chez Mandelstam plus encore. Les grands poèmes comme « Ayant trouvé un fer à cheval » ou encore « l’ode du crayon d’ardoise », où se télescopent les empreintes de poètes russes, un métaphorisme qui naît et meurt dans les mots, sont à la fois brefs et immenses.  Le traducteur se heurte à la difficulté de nombreux choix : par exemple rendre ou ne pas rendre l’absence de verbe, qui, en russe, et chez Mandelstam, non seulement ne prive pas le sens de mobilité, mais l’accélère. « Balayé comme frelon mort près du miel,/ Le jour rutilant, sa flétrissure. » Il manque le verbe, qui est pourtant là, mais cette parataxe, absence de syntaxe, est pourtant une assez belle solution pour préserver la compacité extraordinaire du vers mandelstamien.  Mandelstam le minéralogiste, l’adulateur de Lamarck et de Linné, de Pallas et ses atlas de fleurs et de pierres, aurait sans doute approuvé. Son œil poétique qui « regardant la forêt » disait : « Ceci est la forêt, vaisseaux et mâtures », apercevait les vaisseaux futurs, les bourrasques, les guerres, la soif dévorante de l’espace…  

L’exil à Voronej, qui fit renaître en lui le poète, donna aussi à sa poésie un coup de rabot purificateur : l’esthétisme hellène recula sous la poussée  d’une force qui cognait,  d’un vent primaire qui simplifiait tout :

Grimpé, démon à poil moite   / Et où va-t-il ? où ça ? –
Aux dés dessous les sabots  / Dans les traces hâtives –
Des faubourgs un vent militaire   / Rafle tous nos kopecks.

On pourrait écrire un commentaire d’une verste de long, ouvrir un débat byzantin, faire des paris comme au casino, ou s’enfuir en criant au fou… La note sage des commentateurs nous rappelle ce qu’explique au sujet du poème, la veuve du poète, Nadejda. Sur la route d’un monastère, Ossip contempla des flaques où rouillait l’eau, des empreintes de sabots de cheval (ces « dés » - à coudre - dont parle le poème), et ruminait l’émission de radio qu’ils venaient d’écouter, annonçant le procès des assassins de Kirov, signal de la Grande Terreur à venir. Le poète à cette époque écrivait son « Ode à Staline », par quoi il tenta de se sauver. L’Ode ne fut pas entendue…

La prose de Mandelstam fait partie de la fusée Mandelstam. On ne sait si elle en est le premier ou le dernier étage, Tantôt l’un, tantôt l’autre. En tout cas la parenté est intime, même si sa prose change d’instruments, la partition est cousine.   La musique n’est jamais loin. Les oreilles du tsar arménien enfermé dans le château de l’Oubli « ont entendu de la musique grecque ». Et cette empreinte à jamais de musiques qu’on n’entend plus, mais qui vivent, est l’esprit même de la prose de Mandelstam. Son chef d’œuvre en prose est le Bruit du temps, une recherche de l’enfance perdue - les grands parents juifs (un chaos sémantique incompréhensible), le cirque Cizinelli, la chimère de la première révolution russe…

Quiconque va à l’Ancien Etat-major, devenu à Saint-Pétersbourg, une immense annexe de l’Ermitage où les peintres français des marchands collectionneurs Morozov et Chtchoukine ont aujourd’hui trouvé un splendide logement, devrait prendre avec soi ce tome 2 et l’ouvrir page 522 au chapitre « Les Français ».  Le jeune Mandelstam est allé à Moscou, au Musée d’art moderne occidental, ex palais Morozov (ouvert en 1918, liquidé en 1948), voir les collections. Quel merveilleux accompagnateur ! « J’ai tendu mon regard, plongé mes yeux dans l’ample vasque de la mer pour en chasser tout grain de poussière ». En regardant Cézanne il s’écrie : « Salut, Cézanne, sympathique grand-père, Travailleur assidu ! Sublime gland des forêts françaises ! » et commence à comprendre « ce qu’est l’impératif de la couleur ». Dans la salle Claude Monnet, tout est fluvial, dans la salle Van Gogh : « je n’ai jamais vu un tel coloris aboyer ! », Matisse ne lui plait pas : « Lubies de shah d’un maître parisien » (en voyant les grandes odalisques).  Toujours ce même œil de lynx, cet astronome de la terre ! En regardant un verger il s’écrie : « une classe de danse pour arbres ! ». En épiant le siècle-fauve, il garde le sang froid comme le chasseur en face du tigre. Et il a horreur de parler de soi, car mieux vaut mourir de soif que prendre une goutte d’une main étrangère. En lisant ces deux tomes nous apprenons cela aussi : pas une goutte de fausseté !


Ossip Mandelstam. Œuvres complètes. Tome 1 Œuvres poétiques, édition bilingue  établie et présentée par Jean-Claude Schneider, Traduction du russe par Jean-Claude Scheider, introduction, notes et commentaires par Anastasie de La Fortelle. 782 pages.
   Tome 2 Œuvres en prose. Edition établie et présentée par Jean-Claude Schneider, traduction du russe par Jean-Claude Schneider, chronologie, dictionnaire des écrivains russes mentionnés et bibliographie par Jean-Claude Schneider et Anastasia de La Fortelle. 732 pages.


 

 

 

 

КУРСЫ ВАЛЮТ
CHF-USD 1
CHF-EUR 0.86
CHF-RUB 62.74
СОБЫТИЯ НАШЕЙ ГАЗЕТЫ
воскресенье, 30 сентября 2018 года

ПОПУЛЯРНОЕ ЗА НЕДЕЛЮ

Какой доход приносит торговля кокаином в Швейцарии?

Швейцарские ученые опубликовали вторую часть исследования «Структура и продукты рынка наркотиков» (Marstup). В одном лишь кантоне Во ежегодно продается от 416 до 500 килограмм кокаина.
Всего просмотров: 1,072

Двойное гражданство для футболистов: взять и отменить?

В Швейцарии раздаются голоса против двойного гражданства – как для членов Федерального совета, так и для игроков «Нати». Если Шакири и Джака выбрали швейцарскую сборную, то еще один швейцарец с двумя паспортами – Иван Ракитич (полузащитник «Барселоны») выступает сейчас на Чемпионате мира по футболу за сборную Хорватии.
Всего просмотров: 891

Сериал «13 причин почему» опасен для подростков?

По сообщениям SRF, десятки швейцарских подростков попали в психиатрические клиники после просмотра сериала «13 причин почему», в котором рассказывается о самоубийстве школьницы.
Всего просмотров: 872

СЕЙЧАС ЧИТАЮТ

Швейцарское гражданство – инструкция по получению

Фото - Наша газета Мы продолжаем серию публикаций об интересующих наших читателей правовых аспектах жизни в Швейцарии. Сегодня мы расскажем о новых правилах получения гражданства.
Всего просмотров: 123,016

Швейцарские политики хотят ограничить покупательский туризм

Кантон Тургау обратился в парламент с предложением отменить освобождение от уплаты НДС при ввозе из-за границы товаров на сумму менее 300 франков, с аналогичными инициативами выступили Базель-cельский и Санкт-Галлен.
Всего просмотров: 1,533

Федеральный суд Швейцарии отправит разведенных матерей на работу?

По мнению суда, в отдельных случаях тот из родителей, с которым остались дети, может возвращаться на работу, как только младшему ребенку исполнится один год. Это противоречит существующей сегодня практике.
Всего просмотров: 504
© 2018 Наша Газета - NashaGazeta.ch
Все материалы, размещенные на веб-сайте www.nashagazeta.ch, охраняются в соответствии с законодательством Швейцарии об авторском праве и международными соглашениями. Полное или частичное использование материалов возможно только с разрешения редакции. В случае полного или частичного воспроизведения материалов сайта Nashagazeta.ch, ОБЯЗАТЕЛЬНА АКТИВНАЯ ГИПЕРССЫЛКА на конкретный заимствованный текст. Фотоизображения, размещенные редакцией Nashagazeta.ch, являются ее исключительной собственностью. Полное или частичное воспроизведение фотоизображений без разрешения редакции запрещено. Редакция не несет ответственности за мнения, высказанные читателями в комментариях и блогерами на их личных страницах. Мнение авторов может не совпадать с мнением редакции.
Scroll to Top
Scroll to Top